Innover pour le climat et la durabilité environnementale

par Avinash Lunj - Responsable Environnement chez Sopra Steria au Royaume-Uni
par Siva Niranjan - Head of Climate & Environmental Sustainability, Sopra Steria
| minutes de lecture

De la réduction de l'empreinte carbone à l'amélioration de l'efficacité énergétique, l'essor des entreprises durables continue de prendre de l'importance. Pour attirer de nouvelles entreprises, de nouveaux talents et de nouveaux investissements, les organisations sont tenues de démontrer qu'elles placent la lutte contre le changement climatique au cœur de leur stratégie à un large éventail de parties prenantes, notamment les investisseurs institutionnels, les régulateurs, les clients et les collaborateurs. 

La plupart des grandes entreprises l’ont fait en déclarant leur conformité à la réglementation. Toutefois, les organisations qui sont à l'avant-garde des modèles d'entreprise durables en injectant de la créativité et de l'innovation dans leurs pratiques commerciales créent des changements positifs et en tirent également des bénéfices sur le plan commercial. Selon un rapport de l'analyste CDP, « les entreprises qui gèrent et planifient activement le changement climatique obtiennent un retour sur investissement (ROI) de 18 % supérieur à celui des entreprises qui ne le font pas - et de 67 % supérieur à celui des entreprises qui refusent de publier leurs émissions ».

Alors que nous avons moins de 10 ans pour éviter les conséquences les plus graves du changement climatique, il est urgent que les entreprises prennent des mesures et fassent preuve de leadership. Voici un aperçu de la manière dont les entreprises les plus engagées vont au-delà du « business as usual ».

1. Réduire les émissions

Tracer la voie d'une croissance propre : la réduction de vos émissions de gaz à effet de serre (GES) face à une augmentation des activités des entreprises commence par la déclaration des émissions de GES. Ce qui n'est pas mesuré n'est pas connu. Les normes de déclaration doivent aller au-delà des attentes minimales de conformité fixées par les organismes de réglementation.

La déclaration des émissions de GES permet de mesurer les performances d'une entreprise. La réduction des émissions reflète l'amélioration des performances obtenue grâce à :

  • l'adoption des normes de déclaration de la « Task Force on Climate-related Financial Disclosures » (TCFD) ;
  • des objectifs ambitieux de réduction des émissions à long terme, calculés scientifiquement et alignés sur une trajectoire de limitation de la hausse des températures à 1,5°C approuvée par l'initiative "Science Based Targets" (SBTi) ;

...et rendue possible par :

  • la mise en place d’un prix interne sur le carbone ;
  • la neutralité carbone.

2. Se concentrer sur l’énergie

Pour la plupart des entreprises, la consommation d'énergie est une source importante d'émissions de GES, que ce soit pour la fabrication de produits ou l'entretien des bureaux, des usines, des entrepôts ou des centres de données.  L'innovation commence par des locaux répondant à des normes élevées de performance énergétique (telles que HQE et BREEAM), mais va plus loin avec une stratégie d'efficacité énergétique qui englobe :

  • l'approvisionnement en énergie renouvelable par le biais du fournisseur d'énergie et des accords d'achat d'électricité ;
  • la production d'énergie renouvelable sur place, lorsque cela est possible ;
  • l’achat d'instruments d'énergie renouvelable tels que la garantie d'origine (GO) et les certificats internationaux d'énergie renouvelable (I-REC & REC) pour l'électricité et les certificats de gaz vert pour le gaz.

L'augmentation du nombre de contrats d'achat d'énergie verte au cours des 20 dernières années montre que, à l'instar des géants technologiques américains, les grandes entreprises européennes se tournent de plus en plus vers les énergies renouvelables.

3. Réduire les déchets : l'économie circulaire

Le modèle économique linéaire « prendre, produire, éliminer » repose sur la disponibilité d'énergie et de matériaux vierges à bas prix et facilement accessibles, mais il atteint ses limites physiques. En réutilisant les matériaux, une économie circulaire minimise la quantité de ressources qui doivent être extraites et maximise la valeur des produits et des matériaux tout au long de leur cycle de vie.

L'application des principes de l'économie circulaire permettrait de dégager jusqu'à 1 800 milliards d'euros de valeur pour l'économie européenne.  Selon la Fondation Ellen MacArthur, les entreprises doivent jouer un rôle central dans la mise en œuvre des changements systémiques nécessaires pour débloquer cette valeur pour :

  • concevoir les déchets et la pollution en dehors des processus ;
  • maintenir les produits et les matériaux en service pendant plus d'un cycle de vie ;
  • régénérer les systèmes naturels en travaillant avec les clients, les partenaires et la chaîne d'approvisionnement.

4. Embarquer les collaborateurs

La réduction des émissions de GES et la participation à l'économie circulaire nécessitent de profonds changements dans la façon dont une entreprise s'organise et fonctionne. Pour changer, elle doit faire participer ses employés à la nécessité du changement et exploiter leur créativité comme leur esprit d'initiative. Cela consiste par exemple à :

  • informer et mobiliser les employés par l'intermédiaire d’ambassadeurs, de spécialistes et d’organisations partenaires ;
  • écouter les employés et, dans la mesure du possible, adopter et mettre en œuvre leurs idées ;
  • encourager les employés à intégrer la durabilité environnementale dans leur travail quotidien ;
  • soutenir le bénévolat des employés dans le cadre de projets environnementaux au sein de la communauté locale.

Cela passe aussi par la mise en place d'un Système de Management Environnemental (certifié ISO14001) pour gérer les principaux impacts environnementaux (tels que la consommation d'énergie et d'eau, les voyages d'affaires, la gestion des déchets, etc.

5. Mobiliser la chaîne d’approvisionnement

Les entreprises comptent sur leurs chaînes d'approvisionnement pour exécuter leurs contrats et atteindre leurs objectifs commerciaux. Or, dans une économie mondialisée, les émissions de GES d'une entreprise provenant de sa chaîne d'approvisionnement peuvent être jusqu'à quatre fois supérieures à celles de ses propres activités. Elle doit donc engager sa chaîne d'approvisionnement dans la réduction de ses émissions de GES autant que ses employés.

Pour ce faire, elle peut :

  • adopter une politique d'achat responsable, afin de promouvoir l'achat de produits et de services à faible impact environnemental ;
  • tirer parti des développements technologiques pour réduire son impact environnemental global, par exemple en utilisant la technologie de la chaîne d'approvisionnement en bloc pour sécuriser la chaîne d'approvisionnement ;
  • s'engager dans l'économie circulaire et préserver ainsi les ressources ;
  • donner la priorité à ses fournisseurs en fonction des dépenses et des risques liés à leur engagement dans la réduction des émissions de GES ;
  • élaborer un plan d'engagement et de soutien pour les fournisseurs.

Les entreprises qui intègrent des programmes environnementaux innovants dans leur organisation peuvent profiter de ces avantages et soutenir le passage à une économie « zéro émission net »  pour tous.

Sources mentionnées dans l'article :

(Cet article a été publié sur notre site web anglais Sopra Steria le 5 juin 2020)

Search

categoriesexpertisesfamilies