Publication d’éléments d’information sur la rémunération des dirigeants mandataires sociaux conformément aux recommandations du code Afep-Medef de juin 2018

Le Conseil d’administration de Sopra Steria Group, réuni le 11 avril 2019, a pris les décisions suivantes sur la rémunération du Directeur général, M. Vincent Paris, après avoir entendu les recommandations du Comité des rémunérations :

 

Rémunération au titre de l’exercice 2019

Sur recommandation du Comité des rémunérations, le Conseil d’administration a décidé de ne pas proposer de modification de la rémunération fixe annuelle (RFA) du Directeur général.

Concernant la rémunération variable annuelle (RVA), le Conseil d’administration a décidé de la déterminer comme suit :

 

CRITERE

NATURE

En % de la RVA

En% de la RFA

Une croissance organique du chiffre d’affaires de 4% à 6% Quantifiable 40% 24%
 Un taux de marge opérationnelle d’activité en progression par rapport à 2018
(La valeur de l’objectif n’est pas communiquée pour des raisons de confidentialité et afin de ne pas interférer avec la communication financière)
 Quantifiable 40% 24%
 Objectif en lien avec l’organisation du Groupe et favorisant la prise en compte d’impératifs de moyen terme (Le détail de l’objectif n’est pas communiqué pour des raisons de confidentialité) Qualitatif 15% 9%
 Support apporté à l'atteinte des objectifs en matière de responsabilité d'entreprise et en particulier à la progression de l'égalité femmes/hommes Qualitatif 5% 3%
 TOTAL  100% 60%

 

Les objectifs retenus ne permettent pas, en principe, le dépassement de 60% de la rémunération fixe annuelle. Toutefois, en cas de performance particulièrement remarquable constatée sur les objectifs quantifiables, le Conseil d’administration, après consultation du Comité des rémunérations, pourra autoriser la prise en compte du dépassement des objectifs dans la limite du plafond de la rémunération variable fixé à 100% de la rémunération fixe annuelle. Le versement effectif de la rémunération variable du Directeur général restera soumis en tout état de cause à approbation par une assemblée générale ordinaire.

 

Concernant la rémunération au titre de l’exercice 2018 (Décision du Conseil d’administration du 21/02/2019)

Tout en notant les avancées enregistrées par le Groupe en 2018, en matière de génération de trésorerie notamment, le Comité des rémunérations a pris en considération les conséquences pour les différentes parties prenantes (collaborateurs et management, actionnaires) de l’écart entre la marge opérationnelle d’activité constatée et l’objectif fixé en début d’exercice. A l’issue de ses travaux, il est arrivé à la conclusion que la performance du Groupe ne permettait pas le versement d’une rémunération variable au titre de l’exercice 2018. Le Conseil d’administration, après délibération, a approuvé la recommandation du Comité des rémunérations.

 

Rémunération pluriannuelle, dans le cadre d’un plan d’incitation à long terme (LTI)

1 984 actions de performance ont été définitivement attribuées à Monsieur Vincent Paris qui devra en conserver au moins 992 jusqu’à la fin de son mandat de Directeur général. En effet, le Conseil d’administration avait décidé le 24 juin 2016 la mise en œuvre d’un Plan d’incitation à long terme (LTI) portant sur un total de 88 500 droits à actions gratuites de performance, au bénéfice de managers du Groupe. Il avait attribué dans ce cadre 3 000 droits à actions (0,01 % du capital) à Monsieur Vincent Paris, dirigeant mandataire social. Les objectifs associés à ce plan ayant été atteints à 66,11 %, ce taux a été appliqué à l’attribution initiale de droits pour déterminer le nombre d’actions définitivement acquises.